5. Illusions

 

Sujet semaine 5/2018 chez Mil et Une.

Un clic sur la photo

Image de aidan sartin conte

 

 

C’est une chose étrange mon ami que le monde des illusions.

Je ne parle pas des illusions de jeunesse, non je parle des illusions sensorielles.

La vie, tu la pensais tranche verte de kiwi gorgée de vitamines

Mais la vie sera pauvre kiwi tapant du bec un caillou pensant aider sa progéniture à naître.

La vie tu la voyais ARA aux couleurs flamboyantes mais elle ne sera qu’ARAignée pendue à ton oreille.

La vie tu la voyais papillons voletant elle ne sera qu’éphémère volant qui meurt dès qu’on s’en sert.

La vie tu la voyais carpe koï elle ne sera que vieille carpe gobant les nuages comme on gobe ses illusions.

La vie tu voulais la croquer à pleine dent, Odile a croqué ce qui te restait de talent.

La vie tu la sentais telle une maman koala, douce comme une peluche mais elle te rendra bouffeur d’eucalyptus, paresseux sans queue…Ni tête comme cette poésie.

Oui mon ami, c’est une chose étrange que tu ne peux comprendre mais la vie c’est étriqué, c’est juste,  oui juste merveilleux même si cela n’a duré que le court instant de l’illusion. Ce court instant où la mer arrose nos soifs à la naissance des épaules,  au commencement du cou. Du coup ?

Du coup la vie ne fera de toi qu’un passant caché derrière ses illusions et comme rien ne passe après tout si ce n’est le passant tu seras passé : sans couleur, mort , avant même d’en avoir compris le sens.

A ta mort on lira cette prose poétique en disant : voilà l’histoire d’un homme qui n’a pas pris le bon sens, un homme qui a mal tourné autour de ses illusions.

 

 

PS : Dans ce texte, beaucoup d’illusions, non, d’allusions au titre du très beau poème d’Aragon : « Que la vie en vaut la peine » et non pas «  C’est une chose étrange à la fin que le monde. » que ce coquin de Jean d’Ormesson parce qu’il avait de beaux yeux bleus s’est approprié comme titre de son dernier bouquin. Lui aussi est mort,  paix à son crayon.

 

jamadrou © 3 février 18  (A fleur d'image)

 

 

Commentaires (6)

Marie Minoza
  • 1. Marie Minoza (site web) | 05 Fév 2018
Un texte très dense que j'ai lu la première fois hier, j'y reviens ce matin:
"Du coup la vie ne fera de toi qu’un passant caché derrière ses illusions et comme rien ne passe après tout si ce n’est le passant tu seras passé : sans couleur, mort , avant même d’en avoir compris le sens."
***
Nous sommes en effet des passants, nous rêvons, nous avançons, nous reculons avec ou sans illusions suivant nos saisons...Mais malgré tout nous mettons des couleurs, des mots des gestes quand de passants nous devenons passeurs, passeurs de beauté, d'amour, d'amitié, de poésie et là je pense à Lorraine...Elle a tant donné et mis tant de sens à sa vie...

Merci pour ce partage, toi la passeuse poétique, la semeuse de rêves et de réflexions...
jamadrou
Et merci à toi Marie la voyageuse qui débusque la polysémie poétique.

les mots ont des sens seconds, des sens propres, des sens figurés
ah! tourner 7 fois sa langue avant de dire, c'est peut-être faire preuve de bon sens, aller dans le bon sens, et comprendre le sens de la vie?
Josette
Illusions, allusions ... c'est fou comme ces mots se ressemblent et s'assemblent !
jamadrou
Ah Josette les mots sont des farfadets et le poète croit se servir des mots mais c'est lui qui est au service des mots.
Reinette
c'est juste et très beau.
jamadrou
Merci Reinette

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau