Dis, raconte-moi une histoire.

 

 

Lire une histoire

sujet semaine 36 chez Mil et une

un clic sur la photo

 

 

J’aimais regarder les images de nos beaux livres de contes mais ce que j’aimais par-dessus tout,  c’est quand, bien calée contre toi, je t’écoutais raconter. Tu lisais si bien ! Tu savais si bien ménager le suspens, tu savais si bien changer de rythme, de voix, d’intensité. Tes lectures étaient magiques.

Maman me disait « quand tu rentreras à la grande école, tu verras tu vas apprendre à lire et tu pourras toute seule lire toutes les histoires du monde ! »

Je n’avais pas envie de cette grande école, je n’avais pas envie d’apprendre à lire, je voulais toujours toujours que ma maman ou ma grande sœur qui lisent si bien les histoires soient mes « conteuses privées » pour l’éternité !

Quand je suis rentrée au CP, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour ne pas apprendre à lire.

Je refusais cet apprentissage qui soit disant devait m’ouvrir les portes de la liberté, du rêve.

Ce fut pour moi très difficile de ne pas apprendre à lire !

Il en faut de la patience, il en faut de la persévérance  et du silence !

La maîtresse ne comprenait rien à mon attitude.

Psychologue scolaire, orthophoniste, cours de soutien…je résistais.

Un jour que j’aidais maman à faire un gâteau d’anniversaire, sans trop réfléchir (mais est-ce par hasard ?) elle me demanda de lire la recette. Sans problème j’ai  lu la liste des ingrédients ainsi que le déroulement de la préparation.

Maman n’a rien dit, aucun commentaire. Mais elle a alors compris que je savais lire et refusais de le dire pour que chacune continue encore longtemps à me lire de belles histoires le soir.

 

Ne jamais dire aux enfants que lorsqu’ils sauront lire on ne leur racontera plus d’histoire.

Tant que l’enfant aime ce doux moment de complicité avec « son conteur » il faut chaque soir avec bonheur lui raconter une histoire.

Tant d’adultes aiment encore écouter les beaux et vrais conteurs …

 

Le  6 septembre 2017 : petit fils vient de rentre au CP

 

 

Vos commentaires ici ou là-bas, clic

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (8)

Josette
heureux temps que ces moments avec papa et ou maman !
des livres "énormes", très lourds merveilleusement illustrés d'aquarelles...des contes tristes ou effrayants.
Et un jour, enfin le livre pour soi toute seule
jamadrou
oui Josette, un livre pour soi toute seule mais toujours le même bonheur d'écouter une histoire racontée par un merveilleux conteur...
Marie Minoza
  • 3. Marie Minoza (site web) | 07 Sept 2017
Très émouvante ton histoire!

Quand mes enfants étaient en Cp, je leur lisais le début de l'histoire et ils finissaient tout seuls par curiosité...
Et le lendemain, je devais relire quand même...
jamadrou
Merci Marie , jolies confidences.
abécé
Je lisais encore des livres à mes fils quand ils étaient au collège et je retrouve ce plaisir immense avec mes petits enfants, même ceux qui savent très bien lire. Ce n'est que du bonheur en partage !
jamadrou
Merci ABC
la Vieille Marmotte
  • 7. la Vieille Marmotte | 24 Sept 2017
Emouvant.
Je me souviens d'un moment de grand étonnement et de pure complicité avec une de mes nièces. Quand je venais chez ma soeur, elle me réclamait toujours la lecture d"un petit livre que je lui avais offert. Je lisais donc l'histoire d'une petit fille algérienne à ma toute-petite nièce collée contre moi. Un jour, distraite, j'ai dit : "avec sa pantoufle". Elle m'a interrompue, et me montrant le mot, elle dit : Avec sa savate. J'en suis restée scotchée. Elle ne savait pas lire !!!!
jamadrou
Oui Vieille Marmotte, dans une histoire aimée, l'enfant connaît le pouvoir des mots et ne tolère aucun changement, aucun échange.
Il connaît leur pouvoir et leur valeur.
(d'où, peut-être, l'expression "par cœur")

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau