Le chemin à parcourir

 

Le chemin a parcouri

 

Le chemin à parcourir doit rester imprévisible,

se garder disponible pour l'encore nouveau

ne rien prévoir sur notre route

ne rien attendre sinon le bel inattendu.


Avancer en poésie, remercier ce qui la pousse hors de nous

libre comme herbe folle qui croît au centre de l'instant.


Avancer en poésie, celle qui sert à nos métamorphoses


Juste écouter les bruissements "d'ailes"...

 

jamadrou © 13 avril 18  (A fleur de peau)

 

 

 

 

Commentaires (8)

kastor
  • 1. kastor | 14/04/2018
"Toute poésie doit naître libre et un peu folle, tendre et rebelle aux mains qui la mettent au monde. René Char
Josette
bruissement d'ailes... et bruissement d'il pour toujours
jamadrou
Josette, les bruissements des âmes aimées s'entendent à jamais, pour toujours?
Marie Minoza
  • 4. Marie Minoza (site web) | 14/04/2018
Frissonnement des ailes du vent,
De la fleur qui s’épanouit!
Du brin d'herbe qui danse,
Du papillon qui folâtre!
Ne rien attendre pour tout accueillir!
jamadrou
Marie , être ouvert pour créer des courants d'air
Quichottine
  • 6. Quichottine | 15/04/2018
Ne rien attendre, accueillir ce qui vient.
Carpe Diem.
Passe une douce journée Jamadrou.
jamadrou
Et arriver à faire de l’inattendu une belle surprise?
Ton déménagement Quichottine tu sauras l’accueillir comme belle opportunité , un bonheur à deux, qui mettra de l’inattendu dans votre nouveau projet.
jamadrou
  • 8. jamadrou | 16/04/2018
Pour Quichottine et les autres...

"Il faut être toujours ivre.

Tout est là : c'est l'unique question.

Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

    Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.

   Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise." 
Baudelaire

Voir le billet d'Emma ici

Ajouter un commentaire