Avec une main

 

 

Main bleue signe e

 

 

 

 

 

Avec des mains on parle...un clic ici

 

 

 

 

Commentaires (6)

martine Bouquin
  • 1. martine Bouquin | 18 Fév 2017
L'oeil de Bouda s'est déplacé.....
La menotte a trouvé la clé!!!!!
Elle va pouvoir s'échapper..

bisous
jill bill
  • 2. jill bill | 18 Fév 2017
Le lien j'adore, avec trois fois rien au bout d'un doigt et la main complice... séquence émotion ! ,)
Marie Minoza
  • 3. Marie Minoza (site web) | 19 Fév 2017
Merci pour cette superbe chanson pleine d'émotions chantées avec le coeur et les mains!

"De mon pays me manque la nature
L' allure de la lune qui brille sur la baie
De mon pays me manque la tristesse
Qui quelquefois se blesse
Derrière la liberté"
jamadrou
mimer chanter dire tout ce qu'on laisse derrière soi quand la folie des hommes nous oblige à quitter notre terre
oui comme tu le dis Marie, "faire parler les mains et le coeur" pour essayer d'avaler l'exil


Les Paroles de Ballade pour mon Pays:

De mon pays me reste une lumière
Comme une danse d’abeilles
Qui chante encore dans ma mémoire,
De mon pays me reste un bruit de chaînes
Ou quelques cris de haine
Qui sortent de son histoire.

De mon pays me manque la nature,
L’allure de la lune
Qui brille sur la baie,
De mon pays me manque la tristesse
Qui quelquefois se blesse
Derrière la liberté

De mon pays me reste une faiblesse,
Qui comme une caresse
Touche tous mes souvenirs,
De mon pays me reste une musique
Qui sans s'arrêter fabrique
Des paysages dans la nuit

De mon pays me manque cette arôme
De jasmin que couronne
La nuit du mois d'avril,
De mon pays me manque une fenêtre
Pour regarder peut-être
Mes autres souvenirs.

De mon pays me reste la certitude
Qu'un très joli prélude
Ne chantera pas dans mes écrits
De mon pays me reste l’histoire lointaine
A savoir que la peine construit cette mélodie.

De mon pays me manquent quelques femmes
Qui règnent sûr mon âme
Et qui m’ont oublié
De mon pays me manque mon enfance,
Le temps de l’esperance
De revoir mon pays.

Paroles et Musique: Osvaldo Rodríguez
margi
Plutôt que l’œil du bouddha, ne serait-ce pas la cicatrice laissée par l'ablation d'un poil ?
jamadrou
Bien vu Margimond, et le poil était gros!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau