Une histoire à 12 mains...

Une histoire à 12 mains

Abécé, Aloysia, Danaé, Françoise, Jamadrou, Jill Bill, Josette, Julie, Margimond, Marie,  Martine B , Pascal.

 

 

1. Que voyez-vous ?

 

Sisyphe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julie : « Puisque t'as perdu ton pouce, un coup de main pour déménager en ville ? »

 

Jama : «  Merci Julie »

 

Pascal : « Les immeubles poussent

Comme les doigts d'une main

Entrer ou quitter la ville ? »

 

Jama : « Pascal et l'homme veut monter sa grosse pierre...son édifice? »

 

Jill Bill: « Ah... Ça me fait penser à ces femmes voilées... dans leur désert d'isolement... »

 

Jama : « Originale vision Jill Merci »

 

Abécé : « Folie humaine

plus haut toujours plus haut

je garde les pieds sur terre

ma campagne est un royaume ! »

 

jama: "Mais alors ABC, pourquoi sa campagne est-elle si noire"

 

Martine B. « Grimper plus haut pour se protéger...

la couronne du Roi UBU n'est pas loin.. »

 

Josette : « La première image c'est 4 doigts mais les petites fenêtres ajoute l'image d'une cité ...l'homme a reçu un pavé sur la tête il s'enfuit...vers des cieux plus cléments ! »

 

Aloysia : « Des doigts un peu embarrassés de leurs bagues.  »

 

Jamadrou : « Josette, s'enfuit-il vers la plage? Nous savons tous que sous les pavés il y a la plage! »

 

 

Margi : « Une cité idéale ! »

 

Jama : «Ah! Martine B. un roi UBU ...plus foldingue que Sisyphe!

-OK Margi, une cité idéale pour réenchanter le monde, la cité radieuse de Le Corbusier? ...

ou plutôt puisque tout est blanc , les cités de Fernand Pouillon?...(je me souviens de Tipaza...)

oui ce Gugus transporte un gros rocher pour construire son rêve, mais il n'est pas architecte , il aime juste travailler avec ses mains avec son âme sans vrais calculs juste pour le bonheur de créer...

-Je ne vois pas de bagues Aloysia?

 

 Aloysia : « Tu n'as pas connu ma belle-mère avec ses bagues carrées alambiquées. Tout est possible à la décoration...

 

Jama : « Aloysia, Ah! Ah! Une belle mère a peut-être, pour être belle, besoin de tout ça aux doigts?

le mot "décoration" me fait sourire. »

 

Danae : « La dame au paraluie (de l’autre histoire) arpente Nexw York au pied d'immeubles conçus par un architecte formidable, Jama !!! Elle cherche un souvenir à nous rapporter., c'est gentil !!! »

 

 Jama : « Originale comme vision Danaé

mais regarde bien ce n'est plus la dame au parapluie, c'est un personnage qui porte une grosse charge carré sur ses épaules...

j'ai imaginé que c'était un gros cailloux... »

 

Marie Minoza : « L'image m'a fait penser aux ghorfas de Tunisie déclinées en plus modernes!

 

Une photo prise au sud de la Tunisie en 2012

Marie minoza ghorfas tunisie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jama : 

« Magnifique Marie, tu en fais de beaux voyages!  (Moi j'ai pensé à Tipaza,(Algérie) le complexe touristique de Pouillon...j'y suis allée en 1975.!..)

 

Fernand pouillon monumental architecte m24799

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Josette : 

« Je trouvais la plage sous les pavés de Paris en 68 ...maintenant sous le sable je ne vois plus que de vilains et gros cailloux très sombres ! »

 

Jama : 

« Josette la liberté existe sur le sable ou bien,  bien cachée derrière les vilains rochers... »

 

2- Cité idéale, cité radieuse, cité de la joie...

Cite de la joie 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet homme sombre venant d'un pays noir

 ne sait pas vraiment ce qu'il fait

Il transporte jour après jour,

son rocher 

 son rêve.

Il construit mais il n'est pas architecte.

Il aime ce que ses mains et son âme arrivent à faire

sans vrais calculs.

Il voudrait créer un ailleurs

pour les hommes désenchantés,

il voudrait ne plus voir de dysharmonie.

Cet homme n'est jamais fatigué

 il ne s'arrête jamais d'avancer, de chanter et de siffler

On dit de cet homme qu'il est fou

pourtant on l'appelle le bienheureux.

 

 

Françoise : « Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière (Michel Audiard)

Le Ravi a sa place parmi les santons de Provence. C'est un simple d'esprit, un peu fada, illuminé, bienheureux ..... N'est pas toujours fou celui qu'on croit ! »

 

Jama : « Merci et aimons le ce Ravi, sa joie est communicative.

 

Martine B. : « N'a-t-il pas compris que la cité idéale n'existe que dans son rêve d'humanité radieuse? Et ce Gandi au rocher noir nous fait rêver. »

 

Julie : « Un "diffèrent" dans un monde d'indifférents... que nous, on aimerait bien connaître, tant tu le dépeins avec humanité. »

 

Aloysia : « Je n'avais pas vu qu'il y avait un pauvre type qui se prenait pour Sisyphe... »

 

 

  1. Sur l'île de Haute-Main,  sur la mer de Constance et Absurdité.

 

Cite de la joie 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Danaé : « Le pauvre, tu veux le tuer ton bonhomme ainsi chargé !!! »

 

Jama : « C'est certain Danaé, il va mourir un jour,  et il le sait. »

 

Aloysia : « En Allemagne, un tel homme est sur le toit de toutes les bibliothèques, mais sa charge est ronde et il a pour nom : Atlas.  Ainsi ne mourra-t-il pas, puisqu'il porte le monde - à moins que le monde ne meure avec lui. »

 

Jama : « Alors Aloysia réfléchissons à cette charge parallélépipédique que cet homme Absurde cherche tant bien que mal à monter, une fois en haut cette charge que va-t-il en faire? »

 

Jill Bill : « Dans ce moments-là on aimerait... un ascenseur ! Livrer un... cercueil ainsi, au dernier étage… »

 

Julie : « Il a traversé à la nage une marée noire pour livrer un frigo sur l'ile de Main(au)... quelle galère, le pauvre ! »

 

Jama : « Après le cercueil, le frigo! Et pas n'importe où, sur l'île Haute Main où tout est haut, tout est beau, et doux le climat propice au développement de palmiers et d'autres plantes méditerranéennes qui composent le parc et les jardins de l'île. L''île de Haute Main est également appelée "l'île aux fleurs”, l'île aux oiseaux"..... »

 

Martine B. « Il doit faire partie des déménageurs bretons ton homme échelle!!

La Tour de Babelle ...Toujours plus haut!!

Où bien Roméo a donné rendez-vous à Juliette, et l'ascenseur est en panne..

Trois absurdités.

En plus il a choisi la tour sans fenêtre. Compliqué, le gars!! »

 

Jama : « Si c'est un "déménageur Breton" derrière sont gros carton on doit voir son chapeau rond? Et son île est de par là bas, dans le Finistère... et Julie parlait de marée noire ... il y en a déjà eu dans ce coin.

Toi, tu me parles de tour de Babel. Eh bien,  justement sur cette île, il ne veut  pas recommencer la bêtise de cette tour. Ici, tout le monde parlera le... mais non Martine, pas le Breton! ...Ici, les habitants parleront tous l'Espéranto, langue internationale et le déménageur breton qui parle le Français aussi bien que le Breton, parle aussi, évidemment l'Espéranto, il est loin d'être benêt cet Absurde!

- il grimpe vers la tour sans fenêtres? Alors il vient peut-être avec des matériaux de chez "Casto là où il y a tout ce qu'il faut,  des outils des matériaux » pour aménager cette tour?

Et l'histoire ne demande qu'à se poursuivre...

Rocher, cercueil, frigo, une Juliette bien emballée, ou une caisse de matériaux? »

 

Josette : « on dit que le vent souffle

on dit que les vagues sont hautes

je pense que notre déménageur devra attendre au pied de l'échelle. »

 

Jama : « Oui, la tempête est proche Josette, il attendra au pied de l'échelle caché derrière son colis! »

 

Aloysia : « Il va finir par la lâcher sa caisse parce qu'elle est trop lourde ! Elle va se démolir et s'ouvrir, tout le contenu se cassera la figure ! (Des livres, sans doute...)   Ou bien, c'est peut-être une chambre d'étudiant cubique en KIT à placer en haut des immeubles, puisque vous prétendez que c'en sont (samson, sans son ou cent sons !) ; mais je maintiens qu'il la brisera en mille morceaux. »

Jama : « Alors c'est ainsi Aloysia qu'il perdra les livres, ses compagnons de toujours ?

Mais puisque tu es certaine que la caisse se brisera en mille morceaux, inutile de savoir ce qu'il y a dedans, il n'y a que du vent. »

 

Pascal : « Il ferait bien de laisser tomber

le fardeaux de ses pensées

s'il veut continuer son chemin »

 

jama : « Pascal tu sembles être le plus sage de toute l'équipe et donc de bon conseil. »

 

Pascal : « Il a peut être besoin d'un ptit coup de main

pour prendre sa vie en main

je compte sur toi Jama. »

 

jama : « Pascal,

Cette île a plus la forme d'un radeau que celle d'un vaisseau

Construire sur un radeau échappe à la raison.

Pourtant je peux dire qu'il est un homme seul mais inlassablement heureux.

Il faudra être très discret dans notre coup de main. »

 

Martine B. « Tiens, une hune pour voir le monde de loin, ou de haut, ou pour s'isoler…

Robinson Crusoé des temps absurdes, il va s'isoler là-haut. A l'abri de son parapluie...

Une pluie de cris rentrés va-t-elle s'abattre...il faut se protéger. Loin du monde. »

 

Danaé : « Cette île, c'est Manhattan que tu nous présentes là ?

Original, je vois que cela fait parler. »

 

 

L i le noire2 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur son île il essaie toujours de monter sa charge, il a de la Constance

Une autre  charge l’attend au pied d’une des tours

Au loin, l’ombre d’une végétation luxuriante

Et derrière, peut-être des oiseaux cachés.

Son île radeau semble s’ennuyer  sur cette mer calme, trop calme

Quel rêve peut-il bien vouloir atteindre ?

Où est l’absurde ?

Dans sa Constance à vouloir monter un parallélépipède rectangle sur un sommet arrondi ?

Ou bien simplement de rêver plus beau et de continuer à vivre plutôt que de se jeter à l’eau ?

 

 

 

Dans un autre lieu, on m’a dit :

Françoise : «   Fluctuat nec mergitur

Quoi que nous fassions, absurde ou pas, - qui peut en juger ? Certainement pas moi ! - nous sommes secoués par les flots, mais nous ne sombrerons pas ! C’est dit Na ! »

 

Jama : «  
Cette île a plus la forme d'un radeau que celle d'un vaisseau !

Construire un monde meilleur sur une île/radeau échappe à la raison. Pourtant je peux dire qu'il est un homme inlassablement heureux.






Josette
 : « Sisiphe sur une île »








jama : «  et dans ses deux caisses, du vent. (N’est-il pas le fils d'Eole?) »

 

(PS : Cette histoire est à vous,

si le cœur vous en dit, vous pouvez toujours la continuer  ;

je crois que cet individu a besoin d’un coup de main,

le coup de main d' une main à 5 doigts , et cela dès demain)

 

Françoise pour lui donner du courage lui offre la musique!   ici

ou là

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (7)

Pascal
  • 1. Pascal | 05 Fév 2017
Eh bien dis donc !
tu n'as pas perdu la main !
et tu nous as bien pris en main !
jamadrou
Et toi Pascal un vrai Lucky Luke, tu arrives plus vite que ton ombre! pour mettre la main à la pâte!
j'attends ta nouvelle suite
bonne nuit
Marie Minoza
  • 3. Marie Minoza (site web) | 05 Fév 2017
La vie: toujours à recommencer
Ouvrir des fenêtres
Sur des murs aveugles
Qui tendent leurs doigts morts
Vers un ciel d'ombre!
La vie: monter et descendre
Des échelles sans fin
Qui perdent leurs barreaux!
La vie: des mains mutilées
Qui se tendent sans fin
Vers des infinis aveugles!
jamadrou
Marie voilà une suite/résumé de cette histoire sur l'inéluctable montée de la naissance , à la vie, à la mort.
belle poésie, merci
Pascal
Avec beaucoup de doigté
il avait en un tour de main
construit son habitation
un peu trop vite
il avait oublier de faire une porte
il prit une échelle
et entra par la fenêtre
jill bill
  • 6. jill bill | 05 Fév 2017
J'admire l'homme des pompes funèbres, deux bières, remplies, descendues comme on vide un verre, de bière, les doigts dans le nez, s'il avait été vert je l'eus nommé Hulk... ;-)
Jamadrou
  • 7. Jamadrou | 06 Fév 2017
Je crois bien que nous nous sommes tous trompés.

Il rêve qu'il monte sa charge au plus haut de sa tour d'ivoire, celle sans ouverture sur l'extérieur. Sur la dernière marche au plus près du ciel, là où les étoiles brillent clair et fort, là où il n'entendra plus les hommes chanter faux, il sortira alors son ordinateur, sa fenêtre ouverte sur le monde.
Puis il redescendra et ouvrira le colis posé en bas. Il y trouvera sa porte de sortie. Comme il ne doit rien à personne, il sait bien qu'en se retirant dans le monde de ses fantasmes, il va abandonner le monde réel aux mains des insomniaques.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau