Un soir...

 Soir 4

Elle* me disait vouloir sans cesse retrouver l’émotion première, celle qu’un jour elle avait entr'aperçue juste avant de mourir à la vie trépidante, juste avant de se retirer du monde.  Cette grâce diluée dissipée évanouie, d’une sensation de pleine  communion… Elle me disait que chaque matin dès les couleurs de l’aube, elle avançait pieds nus dans son jardin pour se nourrir de fraîcheur, d’humidité qui coule de source. Elle me disait que le soir elle ressentait comme l'accomplissement d'un rêve. Elle me disait qu’elle croyait sincèrement mais qu’elle avait peur de croire. Elle me disait qu’elle avait besoin de créer en mots ou en couleur pour ressentir sans cesse sa respiration, ce que moi jamadrou je lui disais être son inspiration. Elle me disait qu’un don demande un remerciement quotidien, qu’un don n’attend rien en échange, qu’un don c’est sacré et qu’elle sent bien qu’elle n’aura pas assez d’une vie pour remercier. Elle me disait qu’un don c’est comme un animal de compagnie. Petit il ne tient pas trop de place, il nous réjouit nous amuse mais en grandissant il devient plus exigeant. Il veut une nourriture saine, nouvelle, il veut toute notre tendresse. Un don ne s’abandonne pas au bord du chemin pour partir en vacance, un don a besoin de notre regard quotidien sans autres bruits autour de lui que celui du murmure des mots, du frémissement des couleurs, du froissement des ailes de papillon, du bruissement d’un oiseau qui s’envole haut, du craquement de l’écorce qui tombe de l'arbre parce qu’elle sait que l’arbre en a pris le meilleur.  Le don sait que le créateur la créé pour aider à comprendre le sens de l’aventure vie. Alors elle me disait qu’elle essayait chaque jour de laisser du temps libre à cet animal de compagnie qui un jour lui a été offert dans un emballage en « papier de soi ». Elle me disait qu’elle se devait de l’élever le mieux possible. Elle me disait que je croyais qu’elle était curieuse de tout mais qu’en fait  elle  cherchait juste à alimenter sa raison d’être, et sa raison d’être c’était de sentir fort que la moindre fourmi, le moindre troglodyte mignon qui niche dans la clématite, le moindre papillon qui rêve d’être fleur, la moindre fleur qui rêve d’avoir des ailes, le moindre brin d’herbe qui frémit au vent, la moindre poussière qui scintille à la lumière, le moindre écho qui raconte le bruit du cœur de la roche, la moindre vague qui vient mourir à nos pieds pour mieux revivre et faire le « gros do » ce Do qui donne le tempo de la musique  des mers…elle me disait que tout ça était l'essentiel.

Elle me disait…tant que demain m’entendra dire qu’il est un nouveau jour, je veux rester ton amie.

Et moi chaque jour je lui dis que j’ai de la chance de l’avoir en amitié.

* jama

 

jamadrou © 13 juillet 2017  (A fleur d'écorce)

 
 
 
 

 

 

 

 

Commentaires (14)

jill bill
  • 1. jill bill | 13 Juil 2017
S'il est loisible de partir en emportant son chien, voire chat, en vacances, son jardin, non... alors le confier à une personne bienveillante, un ange gardien, pour qu'il ne soit pas délaissé... qui l'aimera en votre absence, arrosage, couper les fanées, etc... après tout un jardin est vivant et souffrira d'un manque d'amour... ;-)
jamadrou
Coucou Jill
Et nous sommes seuls responsables de notre jardin secret...
Josette
Tant que nous gardons les présences en mémoire dans le cœur, tant que nous sommes conscients et éveillés devant la mer, le jardin, un écureuil ou un oiseau, les trésors endormis dans la poche du tablier, l'amour nous sauvera.
jamadrou
Tant que nous savons remercier pour tout ça Josette.
Marie Minoza
  • 5. Marie Minoza (site web) | 13 Juil 2017
Chaque matin est une renaissance. Ce que nous ferons de ce nouveau jour, voilà qui est le plus important.
Catherine Rambert

*********************
Un texte sublime à lire et à relire
Marie Minoza
  • 6. Marie Minoza (site web) | 13 Juil 2017
" Plus je découvre, plus je m'émerveille ;
plus je m'émerveille, plus je m'incline ;
plus je m'incline, plus je découvre."

Albert Einstein
jamadrou
Le plus important Marie c'est peut-être de pouvoir l'apprécier comme cadeau
jamadrou
et je pense inclinaison mais aussi inclination
inclination...et plus mon âme, mon cœur me portent à aimer...la vie?
julie

Apres m'avoir imprégnée de ton MERveilleux texte, vais sauter dans mon pyjama et faire un gros do do :)
Bonne nuit Jama et joyeux feux d'artifices. Bisous sans artifice.
jamadrou
  • 10. jamadrou (site web) | 13 Juil 2017
Merci courageuse Julie la bijama sourit à tes mots
et la mer se prépare a offrir un bi feu d'artifice (les reflets dans l'eau sont quelquefois plus beaux que les vraies lumières du ciel)
Bisou bisou
la Vieille Marmotte
  • 11. la Vieille Marmotte | 14 Juil 2017
Elle*, disait beaucoup de choses pleines de sagesse, tandis qu'elle, aspire au silence et au repos.
La Solitude ça n'existe pas tant qu'Elle* et elle cohabitent. c'est une de mes croyances. .....
Les mots d'une Vieille Marmotte en bigoudis se mêlent aux gazouillis des oiseaux ce matin ! ;-)
jamadrou
  • 12. jamadrou (site web) | 14 Juil 2017
Entre elle* elle et son reflet dans tes yeux Vieille marmotte il y a tout un monde !
Le monde des lève tôt!!!!
Merci et bellle journee pleine de sens
margi
  • 13. margi | 17 Juil 2017
Chacun a son jardin. Il est si beau d'avoir un ami avec qui le partager.
Belle journée à toi.
jamadrou
  • 14. jamadrou (site web) | 17 Juil 2017
Oui Margi bien s'entendre pour écouter la vie qui pousse

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau