2. Il s'est fait mien

Alors je lui dois bien

Mon émerveillement

Mes remerciements

Mes navigations pérégrinations admirations

Mes silences.

Le découvrir c’est apprendre

Apprendre de lui

Continuer, connaître, me connaître 

Sentir en moi cette lente intégration

Pénétration douce comme l’air marin.

Plein de mystère et de beauté

Un jour peut-être ce pays sera le mien.

Percé son secret est une quête

Ce secret caché au fond de l’océan

Ce secret de vie recommencée

Les enchanteurs du ciel

De vives-eaux en mortes-eaux

M’offrent chaque jour les mouvements de l’éternité

L’océan en est son reflet

Et moi j’y vois ma réalité : je ne suis que de passage…

Rien ne m’appartient

Mon pays est en moi il est là où je suis.

 

Mon pays

 

 jamadrou © 28 septembre 2016    (A fleur d'eau)

 

 

 

Commentaires (14)

Josette

il reste toujours au fond du coeur un peu de cendre à effacer comme des mots écrits sur le sable...

jill bill
  • 2. jill bill | 28 Sept 2016

Belle définition du mot existence tout compte fait... au bord de mer ou ailleurs, on fait partie du paysage, le temps d'une vie... ;-)

danae

Bonjour Jama,
Puisque ton pays est le mien, on pourrait bien le partager !
Et toujours s'en émerveiller, ensemble c'est encore mieux !
Mille bises

jamadrou

le vent emportera les cendres et l'océan effacera les maux
bisou Josette

jamadrou

comme toujours Jill tu as raison peut-être qu' exister c'est savoir s'intégrer au paysage, aux gens qui y vivent sans perdre son identité (la terre et les racines accrochés aux semelles de ses souliers...)
merci Jill

jamadrou

Et Danaé c'est ce que nous faisons, c'est ce que nous savons faire.
Merci, bisou.

Balaline
  • 7. Balaline | 28 Sept 2016

Se souvenir des criques ensommeillées
de brumes de mystères de vent malin
de pas prudents sur les sentiers
Rêver à l'autre monde au-delà d'horizon
de sons nouveaux à bercer l'âme en peine
Offrir à ce jardin de sable et de marées
des paroles apaisantes comme la soie d'un baiser

jamadrou

tes mots Balaline sont fleuves et alimentent l'océan, de morceaux de toi.

julie

Un pays, qui te va comme un gant.
Bonne soirée Jama. Bisous.

jamadrou
  • 10. jamadrou (site web) | 28 Sept 2016

Coucou Julie
un gant que j'aime Julie...

abécé

être là ou le courant t'appelle pour t'abreuver des vagues de la vie !

jamadrou
  • 12. jamadrou (site web) | 29 Sept 2016

on peut le dire comme ça ABC!
ou alors être bien là où les vagues de la vie me portent :-))

Aloysia

Voici donc une reprise du précédent poème, Jamadrou ! Il est vrai que la fin produisait une impression bizarre, et pourtant je sais bien que ce pays n'est pas le tien et je sais combien les racines sont ancrées en nous et nous nourrissent. Tu touches du doigt la réalité du mouvement que nous sommes : nés d'ici, projetés là, nous sommes l'arche d'alliance entre les choses.

jamadrou
  • 14. jamadrou (site web) | 30 Sept 2016

Aloysia, peut-être pas une reprise mais une suite?
Merci d'essayer de me comprendre.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau