Si beau!

Tant d'oiseaux

Gravelots

Sur la grève

Si nombreux

Petits automates rapides

Qui courent puis s'envolent

au rythme de la vague

Petits piaillements de joie

Partage de cette nourriture

Manne offerte par le goémon

Spectacle féérique

(Plage entre Mousterlin et Fouesnant)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (6)

Josette
Un lieu propice pour les oiseaux coté plage et coté marais j'aime faire cette promenade
l’œil sur les Glénan on peut aussi voir de drôles d'oiseaux géants qui virevolte au dessus de l'eau
jamadrou
Josette, hier pas de voiles pas de bateaux sur une mer grise et mouvementée, pas d'humains dans l'eau , la mer et le ciel pour les oiseaux!
mais sur la route côtière tant de photographes avec de super appareils ! (avec mon p'tit iPhone j'avais l'air d'.......ma mer) tant de promeneurs! et...tant de petites mouches!
Une balade vivifiante et si belle!
martine Bouquin
  • 3. martine Bouquin | 17 Oct 2017
c'est la liberté incarnée...
Et j'aimerai devenir oiseau...
Et s'il n'y a que les iphones pour les embêter et bien ce sont des belles armes que les humains tiennent en main.

Bises salées je viens de me baigner..
martine
jamadrou
  • 4. jamadrou | 17 Oct 2017
Chère Martine B.
Te baigner!...
et ici il fait gris il fait froid et je lis devant un doux feu de cheminée
Regarde

"Je suis un misérable, savez-vous, car il n'est pas possible d''être humain sans être misérable. Je bricole, je patauge. Enfin, pas moi: mon âme, qui est bien plus que moi. Elle n'en finit pas de déchiffrer les psaumes du bouleau et les contes des nuages. Le misérable que je suis, fait ce qu'il peut de ses jours. Un incendie de poèmes. Le rire d'une éternelle vêtue d'un jean et d'une veste en cuir sur les chemins de l'Isère." p76 "Un bruit de balançoire" Christian Bobin.

L' Isère qui hante mes pensées quand je suis vers la mer, l'Isère qui berce mon passé quand je suis en Finistère. L'Isère qui sera je l'espère la fin de ma terre, la petite île , mon île de Sein, mon carré de terre à poussière dans mon cimetière.

Une bise à Christian.
julie
"L' Isère qui hante mes pensées quand je suis vers la mer, l'Isère qui berce mon passé quand je suis en Finistère. L'Isère qui sera je l'espère la fin de ma terre, la petite île , mon île de Sein dans mon cimetière."

Toi au moins, tu as un cimetière.... ``
Emouvant ! Bonne journée Jama. Bisous soleil.
PS T'es déjà rentrée ?
jamadrou
Non Julie toujours en Cap Sizun près des soubresauts de l'océan.
Ici, je rêve le miracle de mots poétiques qui s'adapteraient aux mouvements de la mer, aux aller et retour de cette marée qui emporte nos vanités, au va et vient du passé en présent du jour, une poésie souple et féline, mais assez forte pour enjamber de grosses vagues, pour affronter les mouvements de l'âme , les rêveries tranquilles à l'étal du temps, les soubresauts d'une conscience érodée, usée, blanchie tel ces "laisse de mer" que l'on trouve sur la plage.
Ici Julie, c'est aussi ainsi.

Oui Julie avoir une tombe familiale et penser qu'un jour je serai dispersée sur ce carré de terre à poussière dans ce cimetière est (peut-être) image reposante.
Ceux qui comme toi sont loin très loin de leur terre, de leurs ancêtres, ont tant à faire pour écrire une belle vie avec les souvenirs enfouis dans leur cœur que leur âme est musclée, forte et qu' elle saura voler à toute vitesse , elle sera vraiment particule de l'univers.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau