69. Avec nos mains

 

 

pour la page 69 de l'Herbier poésie

 

Main bleue signe e

(suite de la page du 18 février, un clic ici)

 

 

La bouche de ma main n’est pas un trou sans fond

Elle raconte ma terre.

 Ecoute :

bouche qui dit oui 

bouche qui dit non

bouche qui conte

 bouche qui parle d’un temps

 bouche qui se tait

 bouche qui laisse sortir le blanc de son passé

 bouche qui fait silence

bouche qui se souvient de l'oiseau bleu.

 

L’œil de ma main voit par-delà la haine

L’oreille de ma main entend la musique du vent

 

Mimer et chanter comme toi l’artiste

le marionnettiste

 

C’est sculpter dessiner écrire tout ce qu'on laisse derrière soi

 quand la folie des hommes nous oblige à quitter notre terre.

Faire parler la main pour essayer d'avaler l'exil

 La main saura toujours se transformer en caresse.

Dans le creux de ma main se cachent à jamais mes racines

  mes racines sont le coeur de mon âme 

 mon âme bat au rythme de l’amour de mes ancêtres.

 

Tu m’as tendu la main, mon vide s’est rempli, merci.

 

jamadrou © 6 mars  2017    (A fleur de vie)

 

 

D'autres textes à lire là-bas...

 

 

le mystère des mains de Bornéo, dans une grotte, clic!...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Commentaires (12)

jill bill
  • 1. jill bill (site web) | 10 Mars 2017

Cette main pointée comme un STOP à cette misère d'un monde qui oblige à l'exil... une vie trouée dans ses chaussures usées à force de marcher en quête d'un bonheur, rejetée ça et là, puis enfin un espoir... même petit, merci jamadrou...

jamadrou

Merci à toi Jill pour ta présence indéfectible.
Et pour tes remarques sensées: tes mots jamais pressés, tes mots qui disent ta vérité, tes mots qui éclairent notre propre "ouvrage"
" Les mots (et ici les "créations") qui "ont surgi" ici savent de nous des choses que nous ignorons." René Char

Josette

Cette main magique qui se tend, offre son coeur et aujourd'hui elle nous parle étonnement Jamadrou.
quelle belle complémentarité avec l'oiseau et la marionnette, il est des correspondances pas des hasard !

jamadrou

Correspondance...encore un mot riche de sens.
pas de coïncidence, pas de hasard en effet
mais avoir pu se servir de cette main comme d'un véhicule qui assure la correspondance entre intérieur et extérieur, entre écrit et lu...
Merci Josette pour tes mots déposés ici.

Aloysia

Toute ta chaleur, toute ta gentillesse, Jamadrou, sont présentes dans cette main tendue qui, même coupée et trouée, m'apparaît cependant pleine de tendresse et de sensibilité.

jamadrou
  • 6. jamadrou | 10 Mars 2017

Aloysia tu as peut-être vu tout cela dans mes mots?
car je sais que cette main coupée t'angoisse...
main coupée chez certains représente le vol
moi je pense au vol de l'oiseau...
et je t'offre ma dernière main oiseau.
Bisou Aloysia
Image

Fabrice Parisy
  • 7. Fabrice Parisy (site web) | 10 Mars 2017

Bonsoir jamadrou,
c'est de toute beauté.
J'espère que les exilés forcés trouvent quand même davantage de mains tendues que de manifestations hostiles au cours de leur rude périple qui m'émeut toujours.
Merci pour cet espoir. Bises.
FP

jamadrou
  • 8. jamadrou | 11 Mars 2017

Fabrice
Tu dis de façon élégante ce qu'est la dure réalité de l'exilé forcé.
À nous, les bien installés, de vouloir tendre la main.
Je te remercie d'avoir ici déposés ces mots
Doux week end .

et moi jamadrou, je me dis Fabrice en écoutant cette vidéo "Ballade pour mon pays" paroles et musique: Osvaldo Rodriguez Musso exilé Chilien, guitare et voix:Nelson Poblete, Ricky Araiza, marionnette: Pablo Pares, caméra et montage: Ricardo Vego
que la force créatrice est puissante,
elle passe par la tête, elle passe par le coeur, elle communique avec la main
qui communique à l'outil (crayon, pinceau, pince, ciseaux, poinçon, musique...)
cette force qui devient bonheur de créer pour CRIER, pour partager.
le bonheur d'ETRE, de se sentir encore en vie.
Résilience
Le poète a tant d'yeux qu'il peut voir au fond de lui
cette veilleuse qui éclaire ses nuits
il peut voir aussi que l'oiseau qui est sur son épaule
boit la rosée qui fait pousser l'herbe tendre
dans les silences de l'aube
et dans l'harmonie du crépuscule.
Il sait que l'oiseau met sa propre vie
au diapason de ces deux crépuscules.
Le poète un jour s'envolera sur le dos de l'oiseau bleu
pour conter aux nuages ce que fut sa vie sur terre.

Fabrice, cet exilé Chilien a écrit un album: Les oiseaux sans mer (le chant du monde)...

kastor
  • 9. kastor | 11 Mars 2017

"La simplicité du génie s'applique aux objets comme une lumière puissante qui n'a pas besoin de détour parce qu'elle pénètre et traverse tout... Le privilège du génie c'est qu'en lui l'inspiration agit par devant la réflexion; sa flamme brûle en pleine lumière; tout se traîne chez les autres, lentement, successivement; l'intervalle les stérilise; le génie comble l'intervalle, joint les deux bouts, supprime le temps et, est un éclair de l'éternité." Jules Michelet

jamadrou
  • 10. jamadrou (site web) | 11 Mars 2017

kastor, avec mes mains, bravo.

Marie Minoza
  • 11. Marie Minoza (site web) | 11 Mars 2017

Les mains parlent,
elles rient, elles chantent
elles pleurent, elles crient,
elles dansent, elles souffrent...
Les mains sont bouches ouvertes,
fenêtres entre-ouvertes
sur les non-dits de la vie!
Regardez -les ces mains,
dès le berceau, le bébé s'en sert pour parler,
et ceux qui ne peuvent se servir de leur bouche
en font une parole unique
comme une danse,
comme un vol d'oiseau!

jamadrou
  • 12. jamadrou (site web) | 11 Mars 2017

Oui Marie, elles savent faire tout cela.

Le langage des sourds muets est si expressif!
c'est un langage qui semble raconter avec joie tendresse respect.

Comment vas-tu Marie?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau