Obsession

 

plume et encre de Chine JD.Vie de roule e

 

Pour une amie...

 

L'Obsession d'Hélène: chercher « sa mer »

 

Hélène*, quand l’obsession arrive, écoute-la

Obéis-lui

Bénis-la d'être passée

Souris-lui comme à une amie

Écoute-la te chuchoter

Souviens-toi du jour où tu es née

Salue sa ponctualité

Invente-lui une berceuse

Organise-toi pour l'accueillir

Ne t'affole pas.

Alors Obsession ne s'installera pas

Obsession ne restera pas

Obsession ne fera pas de rondes infernales

Obsession ne rongera pas ton île

Obsession ne te sera ni déferlante ni houle

Obsession ne sera ni à mer ni à océan

Obsession ne pourra te noyer

Obsession ne pourra t'empêcher d'aimer ni d’être aimée

Obsession ne pourra t'interdire de profiter de la vie loin d'elle

Elle c'est la mer la vague la tempête la houle la marée l'écume des flots la litanie de l'eau la plage la lumière la beauté bleutée des fonds l'immensité de l'horizon la profondeur du ressac la grandeur du reflux la répétition leitmotive du flux maternel  succession de rituels... Cette mer immense cette belle féminine que tu ne cesses de chercher.

Elle est en toi.

Tu es la mer

Ne sois pas amère

L'amertume désespère

Mère et père tu serais tout à la fois

Ta mer est en toi

L'obsession ne pourra jamais t'attirer dans l'abîme cet immense trou sans fond, la mer à jamais sera à toi la mer c'est tout tes bons souvenirs et  l'aujourd'hui ce tout  beau que tu respires

La beauté est là en toi.

Obsession est arrivée, elle ne s'installera pas, elle n'était que de passage.

Hélène, ça va et toi amie, va ou tu dois, le cœur en joie.

 

 

*Hélène: prénom d'emprunt

 

jamadrou ©  26 septembre  2017    (A fleur de vie)

 
 
 
 
 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

danae
  • 1. danae | 26 Sept 2017
C'est une main qui n'a point tremblé à dessiner des vagues et des ronds dans l'eau ! Aimer voir la mer n'est pas une obsession mais un plaisir ! Bises Jama et merci pour ta belle écriture
jamadrou
Merci à toi Danaé d'être passée par là et....d'avoir déposé un commentaire.
La mer de cette Hélène imaginaire mais en même temps quelque peu réelle est "La Mère" cette maman dont elle ne s'est jamais sentie la fille mais dont elle a tout fait pour croiser son regard.
jill bill
  • 3. jill bill (site web) | 26 Sept 2017
Ne pas se sentir aimer par sa mère c'est comme un migrant rejeté à la mer... il faut arriver à vivre avec ce manque de considération, pardonner ou pas, mais ne pas se gâcher la vie plus encore, adulte il faut apprivoiser le mot donner et le mot amour avec ses propres enfants... ;-)
jamadrou
Voilà des mots Jill , forts et aidants , des mots que toutes les Hélène prendront comme une main compréhensive aimante et sincère.
Merci Jill, belle soirée

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau